Calculs biliaires et rénaux : N'attendez pas qu'ils commencent à rouler !

Publié le: Novembre 20, 2020 | Mis à jour le: Mars 29, 2022

Ils passent souvent longtemps inaperçus et la plupart des gens ne s'en rendent pas compte – nous parlons ici de calculs biliaires et de calculs rénaux.

Ces petites pierres sont causées par un déséquilibre dans le corps et peuvent exister et se développer pendant longtemps sans être ressenties. Mais si elles commencent à migrer, on les remarque immédiatement, car elles provoquent une douleur violente.

 10 à 15 % des adultes développent des calculs biliaires !

Comment les „pierres“ se constituent-elles ?

Les calculs biliaires se forment le plus souvent à partir de cholestérol ou de bilirubine (pigment biliaire jaune), lorsque l'équilibre de la vésicule biliaire est perturbé. Cela provient, par exemple, d’une mauvaise alimentation, d’un excès de poids, d’une perte de poids rapide ou d’un déséquilibre hormonal. En outre, si l’on consomme peu d’eau, les déchets se concentrent, s'incrustent et se développent. Les calculs biliaires touchent particulièrement les femmes, les personnes âgées de 40 ans et plus et les personnes en surpoids. Mais même les personnes qui connaissent une perte de poids importante ou qui bougent peu devraient faire attention.

Les calculs rénaux se développent lorsque des minéraux s'accumulent dans les reins et forment des structures solides. Un mode de vie très acide et salé fait peser un lourd fardeau sur les reins. En effet, le corps doit neutraliser les acides de la viande, des produits laitiers, des produits finis ou de l'alcool à l'aide de minéraux, notamment le calcium. Il en résulte des sels de calcium. Si l'on boit simultanément trop peu et que les substances ne sont pas éliminées, des calculs rénaux se forment.

 50 % de tous les patients souffrant de calculs rénaux développent de nouveau des calculs rénaux en peu de temps !

Comment les calculs biliaires et rénaux se manifestent-ils ?

La plupart des personnes touchées ne se rendent pas compte de leurs calculs biliaires ou rénaux, car ils sont localement bloqués. Cependant, il peut arriver que les petites pierres se détachent et se déplacent soudainement. C’est exactement ce qui pose un problème pour nous !

Pourquoi est-ce le cas ?

Les calculs biliaires migrent de la vésicule biliaire vers les voies biliaires, les calculs rénaux des reins vers le bassin rénal. Le problème, c’est qu’ils peuvent bloquer ces voies. Il en résulte une retenue de fluides, ce qui entraîne une colique biliaire ou rénale. Une colique doit être traitée immédiatement.

Les symptômes des calculs biliaires ou rénaux varient fortement, car la plupart des gens ne les connaissent guère. Cependant, s'ils se manifestent, cela se traduit souvent par de graves maux d'estomac, des tensions et des douleurs dorsales. D'autres signes de calculs rénaux sont la présence de sang dans les selles ou des nausées sévères.

 Les végétariens présentent un risque 3,8 fois plus faible de calculs biliaires !

Il vaut mieux prévenir que guérir

Les calculs biliaires et rénaux peuvent, en fonction de leur évolution, entraîner de fortes douleurs voire une colique qui peuvent même nécessiter une intervention chirurgicale. Il est de ce fait recommandé de prévenir de telles plaintes à un stade précoce.

1. Buvez assez !

Il faut boire entre 2 et 3 litres d'eau par jour. Cela permet de rincer rapidement toute substance perturbatrice. Les toxines sont également éliminées de cette manière, ce qui soulage le foie. En outre, les jus de fruits et de légumes conviennent à des fins préventives, car ils fournissent des substances vitales importantes et contribuent ainsi à la désintoxication. Un apport suffisant en liquide est le facteur le plus facile à mettre en œuvre ! La couleur de votre urine est un indicateur pour savoir si vous buvez suffisamment. Si elle est jaunâtre à jaune, vous devez boire davantage.

2. Veillez à vous nourrir correctement !

Une alimentation alcaline convient particulièrement pour la prévention des calculs rénaux. En effet, le sel ordinaire, les aliments très acides tels que les produits animaux (en particulier les protéines animales), les produits finis, les boissons sucrées ainsi que l'alcool favorisent la formation de calculs rénaux.

Afin de prévenir les calculs biliaires, une alimentation anti-inflammatoire est appropriée. Les aliments comprenant une forte teneur en cholestérol, des acides gras saturés, des gras trans et du sucre raffiné favorisent la formation de calculs biliaires et doivent être évités. Par rapport à cela, le risque de calculs biliaires diminue considérablement avec une alimentation végétarienne. Dans une étude, les femmes qui ne se nourrissaient pas de façon végétarienne et qui avaient donc un taux de cholestérol plus élevé présentaient un risque 3,8 fois plus élevé de formation de calculs biliaires que les végétariennes ayant un taux de cholestérol normal.

Généralement, des facteurs tels que la surcharge pondérale, la graisse viscérale, mais aussi une forte perte de poids favorisent énormément la formation de calculs biliaires liés au cholestérol. En outre, la surcharge pondérale est souvent liée à une alimentation acide, ce qui favorise la formation de calculs rénaux.  

Soutien naturel à la prévention des calculs biliaires :

Curcuma : a des propriétés anticholécologiques. Cette substance empêche la formation de calculs biliaires de cholestérol et aide même à la régression des calculs biliaires déjà formés. De plus, le curcuma favorise la digestion ainsi que le foie et réduit l'inflammation.

Soutien naturel à la prévention des calculs rénaux :

Citrate de magnésium : En cas de carence en magnésium dans le corps, la quantité d'urine est réduite, ce qui peut entraîner des problèmes rénaux tels que des calculs rénaux. Le magnésium est donc important dans la prévention des calculs rénaux. Les citrates jouent également un rôle majeur dans la prévention, car ils inhibent la formation de calculs rénaux de manière naturelle.

Conclusion :

Tant les calculs biliaires que les calculs rénaux peuvent passer inaperçus dans notre corps pendant longtemps. Souvent, on ne les remarque que lorsqu'ils commencent à migrer, ce qui est associé à une douleur intense. La cause de la formation de ces "petites pierres" est souvent une mauvaise alimentation, ce qui laisse supposer qu'ils sont souvent évitables. Prévenez suffisamment tôt en buvant assez d'eau plate, en suivant un régime alimentaire correct, peu inflammatoire et alcalin et en fournissant à votre corps les substances vitales importantes.

N'attendez pas que les calculs biliaires ou rénaux se manifestent d'eux-mêmes !

 

Sources (En langue anglaise): 

Weinsier, R. L., & Ullmann, D. O. (1993). Gallstone formation and weight loss. Obesity research1(1), 51–56. doi:10.1002/j.1550-8528.1993.tb00008.x
 
Gaby A. R. (2009). Nutritional approaches to prevention and treatment of gallstonesAlternative medicine review : a journal of clinical therapeutic14(3), 258–267.
 
del Pozo, R., Muñoz, M., Dumas, A., Tapia, C., Muñoz, K., Fuentes, F., Maldonado, M., & Jüngst, D. (2014). Efecto de la ingesta de vitamina C en el proceso de formación de cálculos biliares de colesterol [Effects of vitamin C administration on cholesterol gallstone formation]Revista medica de Chile142(1), 20–26. doi:10.4067/S0034-98872014000100004
 
Melchior, G. W., Lofland, H. B., & St Clair, R. W. (1978). The effect of polyunsaturated fats on bile acid metabolism and cholelithiasis in squirrel monkeys. Metabolism: clinical and experimental27(10), 1471–1484. doi: 10.1016/s0026-0495(78)80019-5
 
Srinivasan K. (2017). Anti-cholelithogenic potential of dietary spices and their bioactivesCritical reviews in food science and nutrition57(8), 1749–1758.doi:10.1080/10408398.2014.1003783
 
 
Shaffer E. A. (2006). Gallstone disease: Epidemiology of gallbladder stone diseaseBest practice & research. Clinical gastroenterology20(6), 981–996.doi:10.1016/j.bpg.2006.05.004
 
Chang, C. M., Chiu, T., Chang, C. C., Lin, M. N., & Lin, C. L. (2019). Plant-Based Diet, Cholesterol, and Risk of Gallstone Disease: A Prospective Study. Nutrients11(2), 335.doi:10.3390/nu11020335
 
 
Phillips, R., Hanchanale, V. S., Myatt, A., Somani, B., Nabi, G., & Biyani, C. S. (2015). Citrate salts for preventing and treating calcium containing kidney stones in adults. The Cochrane database of systematic reviews, (10), CD010057.doi:10.1002/14651858.CD010057.pub2
 
Ettinger, B., Pak, C. Y., Citron, J. T., Thomas, C., Adams-Huet, B., & Vangessel, A. (1997). Potassium-magnesium citrate is an effective prophylaxis against recurrent calcium oxalate nephrolithiasisThe Journal of urology158(6), 2069–2073. doi:10.1016/s0022-5347(01)68155-2
 
Erlinger S. (2000). Gallstones in obesity and weight loss. European journal of gastroenterology & hepatology12(12), 1347–1352. doi:10.1097/00042737-200012120-00015