Diabète de type 1 et nutrition - un article sur la Journée mondiale du diabète

Publié le: Mars 01, 2021 | Mis à jour le: Novembre 10, 2021

Le diabète de type I et le bon régime alimentaire

La Journée mondiale du diabète a lieu le 14 novembre. Le 14 novembre n'a pas été choisi au hasard : C'est l'anniversaire de Frederick G. Banting, qui, avec Charles Herbert Best, a découvert l'insuline vitale. Outre la Journée mondiale du sida, la Journée mondiale du diabète est la deuxième journée que les Nations unies consacrent à une maladie.

14 novembre, Journée mondiale du diabète

Le diabète se distingue essentiellement en 2 formes : le type I et le type II, 90 % des personnes atteintes souffrant du type II. Le diabète de type II est souvent le résultat d'une mauvaise alimentation et d'un manque d'exercice. Le traitement de type II comprend un changement de mode de vie ainsi que des médicaments. L'administration d'insuline ne devient nécessaire que lorsque le médicament n'est plus efficace. Le diabète de type I, en revanche, est une maladie auto-immune, et l'administration d'insuline est ici inévitable dès le début de la maladie.

Le diabète de type I survient souvent pendant l'enfance. Le diagnostic est un événement incroyablement dramatique pour les jeunes touchés, que beaucoup ne savent pas comment gérer. Seuls quelques non-diabétiques sont conscients des défis que doivent relever quotidiennement les patients atteints de diabète de type I

À l'occasion de la Journée mondiale du diabète, nous avons demandé à deux blogueurs de nous donner un aperçu de leur vie quotidienne. Sur leurs blogs, Steff de www.diabetes-leben.com et Lisa de www.lisabetes.de font un reportage sur la folie quotidienne du diabète de type I. Comme tous les diabétiques, ils se concentrent beaucoup sur le thème de la nutrition, mais avec des points de vue très différents : Alors que Steff, en tant qu'athlète d'endurance, essaie d'optimiser ses performances grâce à un bon régime (adapté au diabète), Lisa essaie de contrôler son poids grâce à un régime pauvre en glucides.

Le diabète et les sports d'endurance - est-ce possible ? 

On ne peut jamais faire autant de sport que l'on peut manger mal, dit Chiathlete Steff. Elle est atteinte de diabète de type 1 depuis 1997 et affirme que "les diabétiques de type 1 peuvent tout faire sauf produire de l'insuline". Elle ne laisse pas sa maladie lui enlever le plaisir de la vie, ne craint rien (ou presque), mais sait comment prendre la maladie au sérieux. Dans son blog, avec lequel elle représente la devise "Le diabète est un sport d'endurance", elle aborde le diabète et des sujets connexes tels que la nutrition, le sport et la psyché.

On demande souvent à Steff comment elle arrive à tenir le coup lors des marathons, des ultras et des courses de 24 heures, auxquels elle participe régulièrement, à donner tout ce qu'elle a et à ne pas devoir arrêter la course avec des crampes d'estomac, de fortes fluctuations de glycémie - ou ou ou. Sa réponse :

"Je ne cours jamais de marathons et d'ultras (plus) sans graines de Chia dans mes bagages, elles ont un effet lissant sur la glycémie et me donnent assez d'énergie pour les longues courses (la plus longue course de 143 kilomètres en 24 heures). Non moulues (l'enrobage d'oméga 3 assure une libération lente des glucides), je laisse tremper les graines de Chia dans un thé au gingembre chaud et fraîchement préparé une nuit avant la course (1/3 de tasse de graines de Chia dans deux tasses de thé au gingembre). Le gingembre prévient les problèmes gastro-intestinaux qui affligent de nombreux coureurs de fond. Le lendemain, j'ajoute un peu de sel/électrolytes avant de mettre les graines de Chia trempées dans ma bouteille de boisson pour le marathon. Grâce à cela, je suis bien équipé pour une course de longue distance. Tous les 10 kilomètres, je prends environ 50 ml de mon "breuvage", en fonction de mon état et de la distance déjà parcourue. C'est ma "recette secrète", en plus d'une certaine part d'ambition et de force mentale, que j'ai développée grâce à mon diabète et à un plan d'entraînement intensif, bien sûr".

En tant qu'athlète diabétique et compétiteur, mais aussi en raison des nombreuses intolérances alimentaires qui m'accompagnent malheureusement, je fais généralement très attention à mon alimentation au quotidien et je m'occupe de ce sujet depuis des années, également pour prévenir tout symptôme de carence et pour renforcer mon système immunitaire. Bien sûr, le "bon" régime alimentaire est également crucial pour les non-diabétiques et pas seulement pour être en forme pour le sport. 

 

Diabète et contrôle du poids - Le chemin de Lisa vers un poids sain

"Le diabète n'est pas une promenade de santé", dit Lisa de Lisabète. Surtout avec ses débuts difficiles avec la maladie, il devient rapidement évident que c'est vrai. Depuis l'âge de 10 ans, le diabète est son compagnon de route. Depuis son diagnostic, 16 ans se sont déjà écoulés, ce qui n'a pas toujours été facile. C'est surtout pendant la puberté que Lisa a souffert de sa maladie. En raison des hormones, le diabète pouvait difficilement être contrôlé et l'hypoglycémie nocturne était fréquente. La conséquence : Lisa a pris beaucoup de poids. L'aversion pour le diabète s'est surtout exprimée dans le fait qu'elle a complètement ignoré la maladie et a également développé une soi-disant diabulimie après très peu de temps. Par désir de perdre du poids, les diabétiques souffrant d'un tel trouble alimentaire renoncent à l'insuline vitale (ce qu'on appelle la "purge d'insuline") et perdent ainsi du poids. Un jeu dangereux avec la vie, que Lisa ne voulait réaliser que lorsqu'elle s'est réveillée après un coma acido-cétonique aux soins intensifs et qu'elle a dû tout réapprendre ou presque.

Beaucoup de choses ont changé pour le mieux depuis lors :

"Après ce réveil, j'ai redonné une place au diabète dans ma vie et je le traite bien. J'essaie de perdre du poids grâce à une alimentation saine et au sport, et d'accepter mon corps et le diabète. Sur la voie d'une vie saine, j'ai essayé une ou deux choses et j'ai très bien réussi avec un régime pauvre en glucides".

Un régime pauvre en glucides est vraiment bon pour perdre du poids, même si l'on est diabétique. Comme nous ne fournissons pas en permanence à notre corps une énergie rapide, il puise dans nos réserves de graisse. La consommation d'hydrates de carbone à faible dose est également souvent recommandée pour les diabétiques de type 2.

Et cela ne peut pas non plus nuire à notre taux de sucre dans le sang. De grandes quantités d'hydrates de carbone faussent parfois nos valeurs. Même lorsque nous avons tout couvert avec suffisamment d'insuline. Le mélange de graisses, de protéines et de glucides de différentes vitesses peut faire fluctuer nos valeurs.

Ce à quoi les diabétiques doivent faire attention avec un régime pauvre en glucides

Avec le régime à faible teneur en glucides , il est particulièrement important pour un diabétique de vérifier le débit de base bien à l'avance. Il faut veiller à ce que les valeurs de glycémie ne dépassent pas le plafond ou ne tombent pas dans la cave si un ou deux repas sont pris sans glucides. L'insuline reste néanmoins importante, car même si une personne ne mange rien du tout, son taux de sucre dans le sang peut augmenter. Notre corps a toujours besoin d'énergie. Si nous ne l'obtenons pas de la nourriture extérieure, notre corps prend ce qu'il a et tire l'énergie de notre "stockage de graisse". Dans le processus, le glucose est libéré et le taux de sucre dans le sang augmente.

Les gens pensent souvent que les glucides sont nécessaires pour l'énergie. Mais ce n'est pas vrai. Les glucides sont une énergie rapide pour notre corps, car il peut simplement en extraire le glucose. Cependant, notre corps peut tout aussi bien puiser de l'énergie dans les protéines et les protéines. Cela prend un peu plus de temps, mais fonctionne de la même manière.

C'est pourquoi les protéines et les graisses doivent être calculées. Pour cela, il existe ce qu'on appelle les FPE, unités de protéines grasses. Ici, environ 100 kcal correspondent. 1 FPE.

Le calcul de l'EFP est également souvent utilisé dans un régime alimentaire tout à fait conventionnel. En effet, les graisses ralentissent l'absorption des hydrates de carbone, ce dont il faut tenir compte lors de la libération de l'insuline. Les protéines pénètrent également dans le sang un peu plus lentement.

Dans l'intervalle, j'ai retrouvé une alimentation normale pour l'essentiel. J'ai perdu les kilos que je voulais et j'attribue cela au régime à faible teneur en glucides. Même aujourd'hui, je ne mange toujours pas de glucides le soir, car j'ai constaté que mes valeurs de jeûne sont beaucoup plus faciles à contrôler et se situent toujours dans la fourchette normale.