Le piège du sucre

Publié le: Juillet 02, 2020 | Mis à jour le: Février 23, 2022

Dans quelle mesure faites-vous attention à votre consommation de sucre ?

Selon l'OMS, nous ne devrions pas consommer plus de 10 % des calories quotidiennes provenant du sucre ajouté. Le mieux serait 5 %, ce qui correspondrait à environ 25 g de sucre. Toutefois, cette valeur est généralement déjà couverte par un verre de limonade (200 ml). 

 Nous consommons en moyenne plus de 100 g de sucre par jour !

Les conséquences d'un excès de sucre n'affectent pas seulement notre poids corporel. Le sucre ajouté se répercute sur notre corps tout entier – y compris sur notre risque de diabète de type 2, notre cœur et même notre esprit. Selon des études récentes, les boissons sucrées en particulier sont associées à un risque accru de développer une dépression.

Mais quel rapport les boissons sucrées – aussi bien celles avec du sucre ajouté que celles avec des édulcorants artificiels – ont-elles avec un risque de dépression à long terme?

Le piège du sucre 

En 2014, les scientifiques ont déjà pu identifier un lien entre un régime alimentaire avec des boissons fortement sucrées et un risque plus élevé de dépression. Il a été examiné comment la consommation quotidienne de quatre verres de limonade, de limonade diététique ou de jus de fruits influe sur le risque de dépression.

Chez les sujets qui consommaient plus de quatre verres de limonade (sucrée) par jour, le risque de développer une dépression augmentait de 30 %. Le risque de dépression a augmenté de 38 % chez les consommateurs de jus de fruits et jusqu'à 51 % chez les sujets qui buvaient des boissons fruitées diététiques.

Le sucre ne rend-t-il pas heureux ?

Le sucre peut nous améliorer l'humeur et déclencher des sensations agréables pendant une courte période, car le sucre agit sur notre cerveau comme une drogue. C'est pourquoi de nombreuses personnes se rabattent sur des sucreries lorsqu'elles veulent chasser la mauvaise humeur. Mais à long terme, ce comportement conduit exactement au contraire – à la mauvaise humeur, voire à la dépression.

 Le sucre augmente massivement le risque de dépression !

Pourquoi le sucre est-il si nocif pour notre santé mentale ?

  • Le sucre contribue à la résistance à l'insuline : Notre cerveau a besoin d'insuline pour une performance cérébrale saine. Si l'on consomme trop de sucre, l'hippocampe réagit moins bien à l'hormone insuline. La conséquence – l'insuline ne peut plus être suffisamment introduite dans le cerveau – notre mémoire et sa performance en souffrent. De plus, la transmission des signaux, qui est importante pour notre santé mentale, est également altérée.
  • Le sucre est l'une des principales causes d'inflammation chronique dans le corps. Celles-ci sont à leur tour parmi les plus importants prédicteurs de maladies cardiaques et de diabète, qui sont généralement associés à une mauvaise santé mentale. Une consommation excessive de sucre peut donc déclencher un certain nombre d'effets négatifs dans le corps – tant physiques que psychologiques.
  • Le sucre a un effet négatif sur notre flore intestinale, ce qui favorise les mauvaises bactéries intestinales, qui affaiblissent à leur tour notre système immunitaire. La capacité du corps à réagir de manière appropriée au stress est réduite et la formation de nouvelles cellules nerveuses (neurogenèse) est inhibée.

 Le sucre n'améliore notre humeur que pendant une courte période !

La nutrition comme clé contre la dépression

Une étude récemment publiée dans le numéro d'octobre 2019 de PLOS One montre que la dépression peut être traitée – et ce avec un simple changement de régime alimentaire. De jeunes adultes ont participé à l'étude. Dans un groupe, les personnes testées ont continué à manger comme d'habitude. Dans l'autre groupe, des recommandations ont été données pour une alimentation saine et l'apport de certains nutriments tels que les acides gras oméga 3 ou le curcuma a également été prescrit.

Le résultat était sans équivoque. Un régime alimentaire sain avec beaucoup de légumes, de fruits, de poisson et de viande maigre a considérablement réduit le ressenti de dépression. Les sujets ont déclaré subjectivement moins de symptômes de dépression et l'examen de paramètres objectifs et déterminés a confirmé le résultat.

Selon des études, ce sont surtout les femmes qui bénéficient du changement de régime alimentaire en ce qui concerne la dépression et l'anxiété existantes. De plus en plus d'études arrivent aux mêmes conclusions.

 Une personne sur 10 est touchée par la dépression une fois dans sa vie !

Que pouvez-vous faire pour minimiser votre risque de dépression ?

1) Vous devriez commencer à éliminer les réactions inflammatoires dans le corps. Pour y parvenir, la consommation totale de sucre par jour doit être réduite de manière considérable.

2) Vous devez augmenter de façon ciblée votre apport en nutriments. Les bons nutriments peuvent avoir un effet positif sur votre bien-être. En comparaison, les carences en nutriments peuvent contribuer au développement de la dépression.

Nutriments importants :

  • Magnésium : les suppléments de magnésium améliorent la dépression légère à modérée chez les adultes, selon les experts.
  • Vitamine D : une carence en vitamine du soleil entraîne une dépression à long terme. Il existe même une corrélation entre un faible taux de vitamine D et la gravité de la dépression.
  • Probiotiques : si la flore intestinale est perturbée, cela peut être lié au développement de diverses maladies telles que le diabète, l'obésité et même la dépression.

Compléments utiles :

  • 5 HTP : est une alternative naturelle aux antidépresseurs traditionnels. Car pour produire l'hormone du bonheur, la sérotonine, notre corps doit d'abord produire le 5 HTP.
  • Millepertuis : en tant que plante médicinale, il est utilisé depuis des siècles pour traiter la dépression. La plante devrait agir comme les antidépresseurs et augmenter le taux de substances dans le cerveau qui sont liées à notre humeur.

Conclusion :

Bien que le sucre nous rende heureux à court terme, il a de nombreux effets négatifs tels que l'obésité, le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, le cancer et la dépression à long terme.

Les recherches actuelles montrent que le changement alimentaire et la réduction de l'apport en sucre peuvent améliorer considérablement les symptômes associés à la dépression.

Par conséquent, il est certainement utile pour vous de réduire radicalement votre consommation de sucre et de lutter contre votre dépendance au sucre. Par exemple, commencez par ceci : ne buvez plus vos calories !

 

Sources (En langue anglaise): 

World Health Organization. (2015). Information note about intake of sugars recommended in the WHO guideline for adults and children. Verfügbar unter: [https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/325335/WHO-NMH-NHD-15.3-eng.pdf]

Pearson, S., Schmidt, M., Patton, G., Dwyer, T., Blizzard, L., Otahal, P. et al. (2010, May). Depression and Insulin ResistanceDiabetes Care, 33(5): 1128–1133, doi: 10.2337/dc09-1940

Feher, J., Kovacs, I. & Balacco Gabrieli, C. (2011, September). [Role of gastrointestinal inflammations in the development and treatment of depression]Orvosi Hetilap, 152(37):1477-85, doi: 10.1556/OH.2011.29166

Tolmunen, T., Hintikka, J., Ruusunen, a., Voutilainen, S., TAnskanen, A., Valkonen, V. P. et al. (2004, November-December). Dietary folate and the risk of depression in Finnish middle-aged men. A prospective follow-up studyPsychotherapy and Psychosomatics, 73(6):334-9, doi: 10.1159/000080385

Milaneschi, Y., Hogendijk, W., Lips, P., Heijboer, A. C., Schoevers, R., Van Hemert, A. M. et al. (2014, April). The association between low vitamin D and depressive disordersMolecular Psychiatry, 19(4):444-51, doi: 10.1038/mp.2013.36

Mocking, R. J., Harmsen, I., Assies, J., Koeter, M. W. & Schene, A. H. (2016, March). Meta-analysis and meta-regression of omega-3 polyunsaturated fatty acid supplementation for major depressive disorderTranslational Psychiatry, e756(2016), doi: 10.1038/tp.2016.29

Tarleton, E. K., Littenberg, B., MacLean, C. D., Kennedy, A. G. & Daley, C. (2017, June). Role of magnesium supplementation in the treatment of depression: A randomized clinical trialPLoS One, 12(6):e0180067, doi: 10.1371/journal.pone.0180067

Guo, X., Park, Y., Freedman, N., SInha, R., Hollenbeck, A., Blair, A. & Chen, H. (2014, April). Sweetened Beverages, Coffee, and Tea and Depression Risk among Older US AdultsPlos One, doi: 10.1371/journal.pone.0094715

Francis, H. M., Stevenson, R. J., Chambers, J. R., Gupta, D., Newey, B. & Kim, C. K. /2019, October). A brief diet intervention can reduce symptoms of depression in young adults – A randomised controlled trialPlos One, doi: 10.1371/journal.pone.0222768