Êtes-vous parfois oublieux ? - Mentalement apte

Publié le: Novembre 20, 2020 | Mis à jour le: Décembre 06, 2021

Nous le savons tous : le produit pour lequel nous sommes allés faire nos achats manque encore et nous ne souvenons plus du nom de l'ami que nous venons de rencontrer. Nous oublions de temps à autre.

S'il vous arrive d'oublier de temps en temps, vous n'avez pas à vous inquiéter, c'est normal. Mais si les cas se multiplient, il est temps de faire quelque chose pour sa mémoire et la santé de son cerveau. Parce que les troubles de la mémoire réguliers peuvent parfois indiquer une démence insidieuse ou la maladie d'Alzheimer.

Mais que faire en cas d'oublis fréquents ?

 La démence est l'une des principales causes de décès en Europe !

Le dopage cérébral équivoque devient de plus en plus populaire

Afin d'améliorer leurs propres capacités cognitives telles que la mémoire et la concentration, de nombreuses personnes dans le monde ont recours à des médicaments et des drogues, selon l'une des plus grandes études jamais menées sur cette tendance. Dans une enquête menée auprès de dizaines de milliers de personnes, 14% ont déclaré avoir pris des stimulants cérébraux au moins une fois au cours de l'année écoulée. En 2015, le pourcentage était encore de 5%.

L'utilisation de ces moyens est de plus en plus populaire, surtout parmi les étudiants, car qui ne souhaite pas pouvoir se concentrer pendant des heures lors de la préparation aux examens ?

Le problème qui se pose : Ces moyens, aussi tentants soient-ils, ont de nombreux effets secondaires. Les conséquences peuvent parfois être graves pour notre santé, car elles peuvent entraîner des troubles de l'appétit, des insomnies, des dépressions, des palpitations cardiaques et même des pensées suicidaire.

 14% des personnes interrogées dans le cadre d'une étude ont déclaré avoir pris au moins un médicament améliorant les performances au cours de l'année écoulée !

Amélioration holistique de la mémoire

Il existe de nombreuses façons de soutenir son cerveau de manière naturelle et surtout holistique. Il n'est pas nécessaire de se doper le cerveau pour le faire. Très populaires et efficaces sont par exemple la méditation, le yoga ou les exercices de respiration. Mais un sommeil régulier et des pauses suffisantes assurent également un cerveau reposé et efficace.

En outre, l'activité physique peut contribuer à améliorer les capacités cognitives. Des études précliniques montrent que l'exercice physique déclenche d'importants processus de neuroprotection qui favorisent la santé du cerveau d'une personne jusqu'à un âge avancé. Des études suggèrent même que l'activité physique régulière peut protéger contre le déclin cognitif et la démence.

Cela nuit à la santé de votre mémoire

Vous aimez manger des aliments malsains ? Alors vous feriez mieux d'y repenser au plus vite. Car une alimentation malsaine entraîne non seulement un surpoids, un diabète ou une hypertension, mais aussi une perte des fonctions cognitives, selon des études. 

Vous êtes constamment connecté à votre smartphone ? L'utilisation constante des smartphones et autres entraîne une réduction considérable de vos capacités cognitives. Selon une étude de la McCombs School of Business, la simple présence du smartphone réduit les fonctions cérébrales. De plus, la manipulation constante du smartphone mène à un épuisement mental et une diminution des performances. Ainsi, si vous regardez fixement votre téléphone portable à chaque pause, vous avez un cerveau très épuisé qui ne peut pas se recharger et qui est donc moins efficace.

 En moyenne, nous regardons notre téléphone portable 84 fois par jour !

Les boosters cérébraux de la nature

En plus des mesures holistiques visant à renforcer les performances cognitives, il existe des boosters cérébraux naturels pour la stimulation mentale. 

  • Ginkgo biloba : Le ginkgo est probablement l'un des remèdes naturels les plus utilisés pour promouvoir la santé du cerveau et éliminer les troubles de la mémoire. Les recherches démontrent que le ginkgo peut contribuer à la santé du cerveau et à la protection contre les troubles cognitifs. 
  • Curcumine : L'inflammation chronique est associée à des déficiences cognitives et à un risque accru de démence. La curcumine du curcuma peut aider à contrecarrer cela, car elle possède de fortes propriétés anti-inflammatoires et peut donc réduire les processus inflammatoires chroniques et contrer l'accélération du déclin cognitif.
  • Ashwagandha : Cette herbe adaptogène est principalement utilisée pour favoriser la réduction du stress et pour un sommeil réparateur et plus d'énergie. Des études suggèrent également que l'Ashwagandha peut aussi améliorer la mémoire et les performances du cerveau. Dans une étude en double aveugle contrôlée par placebo, il a été observé que les capacités cognitives s'amélioraient de manière significative après 14 jours d'absorption.

Notre cerveau dépend toujours d'un apport suffisant de substances vitales. Il s'agit notamment de vitamines (vitamines B, vitamine K), d'acides gras oméga 3 (DHA), ainsi que de nutriments tels que le potassium, le magnésium et les fibres.

Conclusion :

Nous avons tous tendance à oublier de temps en temps. Afin de stimuler notre mémoire, il ne faut pas recourir à des substances nocives, mais plutôt s'appuyer sur des mesures holistiques telles que la méditation, le jogging cérébral et le sport. En outre, essayez d'éviter plus souvent votre smartphone et de réduire une alimentation malsaine avec beaucoup de sucre et de mauvaises graisses. Donnez à votre cerveau les nutriments dont il a besoin !

 

Sources (En langue anglaise):

Jacka, F. N., Cherbuin, N., Anstey, K. J., Sachdev, P., & Butterworth, P. (2015). Western diet is associated with a smaller hippocampus: a longitudinal investigation. BMC medicine13, 215. https://doi.org/10.1186/s12916-015-0461-x

Oregon State University. (2015, June 22). Fat, sugar cause bacterial changes that may relate to loss of cognitive function. ScienceDaily. Retrieved November 19, 2020

University of Texas at Austin (UT Austin). (2017, June 23). The mere presence of your smartphone reduces brain power, study shows. ScienceDaily. Retrieved November 19, 2020

Rutgers University. (2019, August 19). Need a mental break? Avoid your cellphone: Using a cellphone during breaks led to mental depletion, poorer performance in a recent studyScienceDaily. Retrieved November 19, 2020

Vecchio, L. M., Meng, Y., Xhima, K., Lipsman, N., Hamani, C., & Aubert, I. (2018). The Neuroprotective Effects of Exercise: Maintaining a Healthy Brain Throughout Aging. Brain plasticity (Amsterdam, Netherlands)4(1), 17–52. https://doi.org/10.3233/BPL-180069

Di Liegro, C. M., Schiera, G., Proia, P., & Di Liegro, I. (2019). Physical Activity and Brain Health. Genes10(9), 720. https://doi.org/10.3390/genes10090720

Macpherson, H., Teo, W. P., Schneider, L. A., & Smith, A. E. (2017). A Life-Long Approach to Physical Activity for Brain Health. Frontiers in aging neuroscience9, 147. https://doi.org/10.3389/fnagi.2017.00147

Wesnes, K. A., Ward, T., McGinty, A., & Petrini, O. (2000). The memory enhancing effects of a Ginkgo biloba/Panax ginseng combination in healthy middle-aged volunteers. Psychopharmacology152(4), 353–361. https://doi.org/10.1007/s002130000533

Tan, M. S., Yu, J. T., Tan, C. C., Wang, H. F., Meng, X. F., Wang, C., Jiang, T., Zhu, X. C., & Tan, L. (2015). Efficacy and adverse effects of ginkgo biloba for cognitive impairment and dementia: a systematic review and meta-analysis. Journal of Alzheimer's disease : JAD43(2), 589–603. https://doi.org/10.3233/JAD-140837

Zhang, S. J., & Xue, Z. Y. (2012). Effect of Western medicine therapy assisted by Ginkgo biloba tablet on vascular cognitive impairment of none dementia. Asian Pacific journal of tropical medicine5(8), 661–664. https://doi.org/10.1016/S1995-7645(12)60135-7

Kuszewski, J. C., Wong, R., & Howe, P. (2018). Can Curcumin Counteract Cognitive Decline? Clinical Trial Evidence and Rationale for Combining ω-3 Fatty Acids with Curcumin. Advances in nutrition (Bethesda, Md.)9(2), 105–113. https://doi.org/10.1093/advances/nmx013

Avallone, R., Vitale, G., & Bertolotti, M. (2019). Omega-3 Fatty Acids and Neurodegenerative Diseases: New Evidence in Clinical Trials. International journal of molecular sciences20(17), 4256. https://doi.org/10.3390/ijms20174256