GABA pour les troubles du sommeil, l'anxiété, le diabète

Publié le: Février 23, 2021 | Mis à jour le: Août 10, 2021

L'acide gamma-aminobutyrique (GABA) est le plus important neurotransmetteur inhibiteur dans le cerveau. Sa tâche consiste à calmer les neurones (cellules du cerveau) et à protéger ainsi notre cerveau contre la surstimulation.

L'acide aminobutyrique est formé dans le cerveau et est actif dans presque tous les domaines. La prise de suppléments de GABA est particulièrement recommandée si vous souhaitez améliorer votre sommeil et votre humeur.

Dans ce guide, nous expliquons comment la prise de GABA peut améliorer votre état d'esprit et votre santé de quatre manières différentes.

Contenu : 

Comment le GABA influence-t-il notre sommeil ?

Le GABA peut-il aider à lutter contre le stress, l'anxiété et la dépression ?

Comment le GABA influence-t-il la performance sportive ?

Comment le GABA aide-t-il à lutter contre le diabète ?

Comment faut-il prendre le GABA ?

Comment le GABA influence-t-il notre sommeil ?

Saviez-vous que l'hypothalamus dans notre cerveau est responsable durythme sommeil-éveil ?

C'est également la zone exacte où se trouvent nos récepteurs GABA. GABA réduit l'activité des neurones dans notre cerveau et permet au corps et à notre esprit de se détendre et de s'endormir. En outre, cette substance nous aide à dormir sans être dérangé pendant la nuit et à entrer dans une profonde relaxation. Si l'activité de l'acide gamma-aminobutyrique est trop faible, elle peut conduire à destroubles du sommeil et desinsomnies .

Dans une étude, les scientifiques ont découvert que les niveaux de GABA étaient près de 30 % plus bas chez les patients souffrant d'insomnie que chez les sujets ne souffrant pas de ce trouble du sommeil. Ce faible niveau de GABA a également été associé à un sommeil agité avec des réveils fréquents.

Le mode d'action de certaines préparations à base de plantes est basé sur le fait qu'elles augmentent l'activité du GABA. Lemagnésium est un minéral important et un agoniste GABA important. Cela signifie qu'il s'attache aux récepteurs GABA et les active de la même manière que le GABA. Cela permet non seulement de stimuler les récepteurs et soutient la fonction de la substance, mais aussi de renforcer les membranes cellulaires.

 gaba-schlaf

Le GABA peut-il aider à lutter contre le stress, l'anxiété et la dépression ?

Le GABA signale au corps de se calmer. Lorsque vous êtes anxieux, les cellules de votre cerveau réagissent de façon excessive et deviennent trop actives. C'est comparable à un enfant qui mange trop de sucre.

Certains neurones sont considérés comme des neurones GABAniques, libèrent le GABA et calment ces hyperneurones.

Votre corps produit et régule naturellement le GABA. Cependant, il arrive qu'il fonctionne mal, ce qui entraîne une baisse des niveaux de GABA et une augmentation de l' anxiété , de la dépression et de l'insomnie .

Lestress chronique entraîne une augmentation des niveaux de cortisol, de noradrénaline et d'adrénaline dans le cerveau comme dans l'organisme. En conséquence, le corps produit plus de glutamate stimulant et moins de GABA.

Une libération accrue de glutamate dans le cerveau entraîne une surexcitation des cellules cérébrales. En outre, les hormones du stress augmentent l'activité cellulaire, ce qui entraîne une surproduction de radicaux libres. Il en résulte des dommages aux cellules du cerveau et une réduction encore plus importante de la production de GABA.

➤ Si les situations de stress persistent sur une longue période, cela entraîne une recombinaison des cellules du cerveau et un déficit fonctionnel dans la production de GABA. 

Un changement de mode de vie ainsi que la prise de suppléments de GABA contribuent alors, au fil du temps, à la recombinaison des cellules cérébrales et à la production et à l'utilisation efficaces du GABA dans le cerveau.

Comment le GABA influence-t-il la performance sportive ?

Le GABA entraîne une augmentation de l'hormone de croissance humaine dans le corps et peut ainsi contribuer à plus demasse et de force musculaires . Elle réduit également la quantité de graisse dans le corps, ce qui facilite l'activité physique. L'augmentation de l'hormone de croissance est associée à une plus grande masse musculaire.

➤ Les athlètes peuvent donc bénéficier de la prise de GABA. De même, les personnes qui effectuent un travail physique lourd.

Les suppléments de GABA peuvent provoquer une augmentation de l'hormone de croissance humaine dans l'organisme, ce qui se traduit par une plus grande masse musculaire et unerécupérationplus rapide . Les athlètes qui veulent gagner en taille et en force pour se donner un avantage dans leur sport particulier - ou simplement pour être plus forts - peuvent bénéficier de la prise de ce complément.

Notre corps produit de moins en moins d'hormones de croissance en vieillissant, ce qui rend de plus en plus difficile l'acquisition de force et de puissance. Par conséquent, les personnes d'une quarantaine d'années devraient envisager de prendre des suppléments de GABA pour maintenir leur physique.

Comment le GABA aide-t-il à lutter contre le diabète ?

Les recherches menées à l'UCLA suggèrent que le GABA réduit l'inflammation du pancréas. Cela serait crucial pour laproduction d'insuline et donc pour la stabilité des niveaux de glucose dans le sang. Les personnes présentant un taux de glycémie élevé et un risque accru de diabète peuvent bénéficier de la prise d'acide gamma-aminobutyrique.

Deux études publiées dans EBioMedicine par une équipe de recherche internationale de l'université d'Uppsala soulignent l'importance du neurotransmetteur acide bêta-aminobutyrique (GABA) dans le diabète de type 1 et de type 2.

Le GABA est synthétisé par une enzyme appelée GAD à partir de l'acide aminé glutamate dans les neurones, mais aussi dans les cellules bêta productrices d'insuline sur les îlots pancréatiques. Le GAD existe sous deux formes : GAD65 et GAD67. Dans diabète de type 1 les cellules bêta sont détruites, tandis que diabète de type 2 est associé à une altération de la fonction des cellules bêta et de la résistance à l'insuline. Les diabétiques (type 1) ont souvent des anticorps contre le GAD65.

Jusqu'à récemment, les scientifiques ne pouvaient pas prouver un lien entre le GABA et le diabète de type 2. Cette preuve est désormais acquise et les chercheurs ont pu montrer que le GABA est important pour le maintien et éventuellement aussi pour la production de nouvelles cellules bêta.

Ces nouvelles études renforcent le rôle du GABA dans le traitement du diabète (type 1 et type 2). Les scientifiques ont utilisé des canaux ioniques qui ouvrent le GABA comme capteur biologique pour le GABA et ont ainsi pu déterminer les concentrations efficaces et physiologiques de GABA dans les cellules des îlots pancréatiques humains. Ils ont également montré que ces canaux ioniques sont plus sensibles au GABA dans le diabète de type 2 et que cette substance contribue à la régulation de la sécrétion d'insuline.

Les scientifiques ont ensuite isolé des cellules immunitaires du sang humain et ont étudié les effets du GABA sur ces cellules. Ils ont découvert que le GABA empêchait ces cellules de libérer de grandes quantités de moléculespro-inflammatoires .

Comment faut-il prendre le GABA ?

➤ Pour favoriser le sommeil, le stress et l'anxiété : 100-200 mg et plus (selon des études scientifiques). La dose individuelle et la durée de l'utilisation varient d'une personne à l'autre.

➤ Les athlètes qui constatent une baisse de leurs performances en raison du vieillissement doivent prendre du GABA quotidiennement.

En moyenne, deux à trois grammes de GABA avant une activité physique intense sont suffisants pour augmenter de manière significative la quantité d'hormones de croissance dans le corps. Cela permet également d'améliorer les performances. Plus d'hormones de croissance dans le corps signifie que ce récupère plus vite de l'effort et vous pouvez donc vous entraîner beaucoup plus souvent.

➤ Les personnes présentant un taux de sucre dans le sang élevé ainsi qu'un risque accru de diabète (en raison de leur poids ou de leurs antécédents familiaux) peuvent se protéger en prenant de 1 000 à 1 500 mg de cet acide aminé par jour.

 

Sources (en langue anglaise) :

Mazzoli, M. & Pessione E. (2016). Le rôle neuroendocrinologique du glutamate microbien et la signalisation GABAFrontiers in Micorbiology, 7 : 1934, doi : 10.3389/fmicb.2016.01934

Cryan, J. F. & Kaupmann, K. (2005, janvier). Ne vous inquiétez pas, B happy : un rôle pour les récepteurs GABA(B) dans l'anxiété et la dépressionTrends in Pharmacological Sciences, 26(1):36-43, doi : 10.1016/j.tips.2004.11.004

Kumar, K., Sharma, S., Kumar, P. & Deshmukh, R. (2013, septembre). Potentiel thérapeutique des ligands des récepteurs GABA(B) dans la toxicomanie, l'anxiété, la dépression et d'autres troubles du SNCPharmacologie, biochimie et comportement, 110:174-84, doi : 10.1016/j.pbb.2013.07.003

Abdou, A. M., Higashiguchi, S., Horie, K., Kim, M., Hatta, H. & Yokogoshi, H. (2006). Effets de relaxation et d'amélioration de l'immunité de l'administration d'acide gamma-aminobutyrique (GABA) chez l'hommeBioFactors, 26(3):201-8.

Lydiard, R. B. (2003). Le rôle du GABA dans les troubles de l'anxiétéThe Journal of Clinical Psychiatry, 64 Suppl 3:21-7

Kalueff, A. V. & Nutt, D. J. (2007). Rôle du GABA dans l'anxiété et la dépressionDépression et anxiété, 24(7):495-517, doi : 10.1002/da.20262

Plante, D. T., Jensen, J. E. & Winkelman, J. W. (2012, juin). Le rôle du GABA dans l'insomnie primaireSleep, 11 : 165-175, doi : 10.2147/NDT.S58841

Gottesmann, C. (2002). Les mécanismes GABA et le sommeilNeurosciences, 111(2):231-9

Candelario, M., Cuellar, E., Reyes-Ruiz, J. M., Darabedian, N., Feimeng, Z., Miledi, R. et autres (2015, août). Preuve directe de l'activité GABAergique du Withania somnifera sur les récepteurs ionotropes GABAA et GABAρ des mammifèresJournal of Ethnopharmacology, 171:264-72, doi : 10.1016/j.jep.2015.05.058

Nathan, P. J., Lu, K., Gray, M. & Oliver, C. (2006). La neuropharmacologie de la L-théanine (N-éthyl-L-glutamine) : un agent possible de neuroprotection et d'amélioration cognitiveJournal of Herbal Pharmacotherapy, 6(2):21-30.