Vous aussi consommez cette drogue !

Publié le: Juillet 02, 2020 | Mis à jour le: Février 23, 2022

Pensez-vous maîtriser votre consommation de sucre ?

Si oui, nous sommes désolés de vous décevoir. Statistiquement, près d'une personne sur deux souffre d'une dépendance au sucre, ce qui pourrait également vous affecter.

Quel est le résultat choquant de notre consommation de sucre ?

A la fin de l'année, le citoyen moyen peut atteindre 40 kilogrammes de sucre pur ! Cela nous amène à environ 37 morceaux de sucre par jour (environ 111 g de sucre) !

La Société allemande pour la nutrition (DGE) et l'OMS recommandent un maximum de 25 g de sucre libre par jour, ce qui correspond à environ 8-9 morceaux de sucre.

Comment une telle dépendance au sucre peut-elle survenir ?

Le fait est que notre cerveau réagit à n'importe quel type de sucre comme à la cocaïne ! Des études montrent que la consommation de sucre stimule les mêmes zones du cerveau que les drogues.

En outre, le sucre procure une libération de sérotonine. Le sucre nous rend heureux et satisfait.

Comme souvent, c'est la quantité qui fait le poison. Ainsi, si nous consommons 40 kg de sucre par an et de nombreux repas riches en glucides, nous dépassons nettement la quantité critique.

Mais n'y a-t-il pas du " bon " sucre ?

Pour faire court : Le sucre est du sucre –  quelle que soit sa forme. Même si les médias et les entreprises alimentaires veulent nous faire croire que le sirop d'agave, le miel, le fructose et autres sont plus sains, c'est tout simplement faux. Car : chaque forme a un fort effet sur le taux de glycémie ! En excès, tout sucre est mauvais.

Même du point de vue chimique, les variétés de sucre ne diffèrent pas les unes des autres. Même s'il existe de petits avantages positifs (par exemple, des enzymes dans le miel) – ceux-ci ne peuvent jamais compenser les inconvénients d'une consommation excessive de sucre !

Ne puis-je pas simplement me passer de sucre ?

De nos jours, il est presque impossible d'éviter le sucre. Il est contenu presque partout – même dans les aliments où l'on ne soupçonnerait pas la présence de sucre au premier coup d'œil, comme les conserves, les saucisses, le fromage, le pain, les sauces, les produits laitiers et autres.

De plus, le terme sucre est très bien camouflé par l'industrie pour qu'il nous soit plus difficile de le reconnaître comme tel :

  • Fructose
  • Lactose
  • Malt
  • Sirop de pomme et d'agave
  • Miel
  • Sirop de glucose
  • ... et bien encore

Quelles sont les conséquences d'une consommation excessive de sucre ?

  • La dépendance au sucre se transforme en diabète : en cas de consommation incontrôlée de sucre, l'insuline sécrétée par l'organisme ne suffit plus à équilibrer la glycémie à long terme. Le sucre reste dans le sang et ne pénètre plus dans les cellules du corps. Cela conduit au diabète de type 2.
  • Une consommation élevée de sucre perturbe la flore intestinale et entraîne des troubles digestifs. La flore microbienne saine est par conséquence altérée et le système immunitaire affaibli.
  • Le cœur est également directement affecté par la consommation de sucre. Non seulement les acides gras trans, mais aussi le sucre entraînent des maladies cardiovasculaires.
  • Le sucre mène aussi à l'obésité, comme nous le savons tous. Plus de la moitié des femmes et des hommes de l'UE souffrent d'une surcharge pondérale.
  • Avec les mauvaises graisses, le sucre peut déclencher le foie gras. Les graisses s'accumulent dans le foie par erreur. Surtout, les personnes qui consomment des boissons sucrées tous les jours courent un risque élevé de contracter la maladie.
  • Il y a même des effets négatifs sur la production de cellules cancéreuses, car le sucre favorise l'inflammation.
  • En outre, l'arthrose, les vaisseaux sanguins collés et même la maladie d'Alzheimer sont également associés à une consommation excessive de sucre.

Rompez le cycle aujourd'hui !

!!! Luttez contre la dépendance au sucre !!!

Comment y procéder ? En régulant votre glycémie. Plus vous consommez de sucre ou de glucides, plus il fluctue et vous amène à la limite de votre discipline avec votre vorace appétit de glucides.

Que pouvez-vous faire pour y remédier ?

  • Vous ne pouvez briser ce cycle qu'avec suffisamment de protéines. La teneur élevée en protéines dans les aliments augmente la durée de séjour dans l'estomac, vous maintient plein pendant longtemps et maintient la glycémie stable. Les sources de protéines de haute qualité sont : viande bio, poissons, œufs, légumineuses...
  • Cela nécessite beaucoup de légumes pour stimuler la digestion ainsi que des noix non traitées pour des graisses saines.
  • Ajoutez des épices comme le curcuma, la cannelle, la vanille, le gingembre ou del'aigreur à vos repas - celles-ci stimulent le métabolisme et enlèvent le désir de sucreries.
  • Il est préférable de manger des fruits le matin. Le soir, le corps reçoit à nouveau trop de glucides, les transforme en sucre et les stocke sous forme de graisse.
  • Mangez 4 petits repas par jour pour maintenir votre glycémie constante.

Pour conclure

  • Observez votre propre comportement alimentaire – quand avez-vous besoin de sucre ?
  • Jetez un coup d'œil aux tableaux nutritionnels
  • Recherchez les synonymes de sucre tels que : sirop, malt, fructose, …
  • Préférez la pomme au jus de fruit
  • Consommez plus de protéines, de graisses saines et de fibres
  • Cuisinez vous-même et évitez les aliments fortement transformés

 

Sources (En langue anglaise): 

DiNicolantonio, J. J., O'Keefe, J. H. & Wilson, W. L. (2018, July). Sugar addiction: is it real? A narrative reviewBritish Journal of Sports Medicine, 52(14):910-913, doi: 10.1136/bjsports-2017-097971

Fortuna, J. L. (2010, June). Sweet preference, sugar addiction and the familial history of alcohol dependence: shared neural pathways and genesJournal of Psychoactive Drugs, 42(2):147-51, doi: 10.1080/02791072.2010.10400687

Fortuna, J. L. (2012, January-March). The obesity epidemic and food addiction: clinical similarities to drug dependenceJournal of Psychoactive Drugs, 44(1):56-63, doi: 10.1080/02791072.2012.662092

Ahmed, S. H., Guillem, K. & Vandaele, Y. (2013, July). Sugar addiction: pushing the drug-sugar analogy to the limitCurrent Opinion in Clinical Nutrition and Metabolic Care, 16(4):434-9, doi: 10.1097/MCO.0b013e328361c8b8

Liu, H. & Heaney, A. P. (2011, September). Refined fructose and cancerExpert Opinion on Therapeutic Targets, 15(9):1049-59, doi: 10.1517/14728222.2011.588208