Zona - des alternatives naturelles pour le traitement

Publié le: Novembre 20, 2020 | Mis à jour le: Décembre 06, 2021

Si vous présentez soudainement une éruption cutanée accompagnée de cloques rouges sur la peau aussi grandes qu'une épingle, vous pourriez être atteint d'herpès zoster, plus connu sous le nom de zona !

Qu'est-ce que le zona ?

Le zona est déclenché par la réactivation du virus varicelle-zona et touche généralement les adultes. Le même virus est également responsable de l’apparition de varicelle à l’enfance. Après une première infection, le virus reste dans le corps et peut se réactiver des décennies plus tard.

 Environ 2 personnes sur 10 qui ont déjà eu la varicelle développent un zona au fil des ans !

Quels sont les symptômes ?

L'infection se manifeste par des démangeaisons, une inflammation et une douleur d'une partie la peau, par de l'épuisement, de la fièvre et des maux de tête. La maladie progressant, de petites cloques se forment généralement sur la zone touchée, ce qui entraîne de fortes démangeaisons, des troubles de la sensibilité cutanée, des douleurs nerveuses et un malaise général.

Des complications peuvent également survenir en cas de zona. L'une des plus courantes est la névralgie post-herpétique, un état douloureux chronique souvent affaiblissant. Cette situation peut durer des mois, voire des années, et touche environ 10 à 18% des patients.

Il est cependant à noter que toute personne malade ne présente pas de symptômes visibles. Il peut également arriver qu’aucune éruption cutanée ne se produise et que seule la douleur soit ressentie.

Le zona guérit généralement après environ 2 à 4 semaines. Mais attention, le liquide qui se trouve dans les vésicules est contagieux, car il contient le virus.

 10 à 18% des patients atteints de zona sont touchés par des complications post-herpétiques.

Qui est affecté ?

La maladie survient le plus souvent lorsque le système immunitaire est affaibli, comme c'est les cas chez les personnes de 60 ans et plus ou les personnes qui prennent des médicaments puissants (cancer, VIH, ...). Mais le stress chronique, l’anxiété et la dépression peuvent également être des facteurs déclencheurs du zona.

Comment le zona est-il traité ?

En principe, il existe une vaccination pour prévenir une épidémie et elle est recommandée pour les personnes de plus de 60 ans. Néanmoins, il existe toujours un risque résiduel d'infection. Dans la médecine conventionnelle, une maladie virale est généralement traitée avec des analgésiques et des antiviraux afin de réduire la propagation des virus et de soulager la douleur. Malheureusement, comme pour la plupart des médicaments, des effets secondaires graves peuvent survenir ici. Cela inclut des nausées, des vomissements, des diarrhées et des maux de tête. En outre, si les virostatiques sont administrés plus souvent, les virus risquent de développer une immunité au médicament qui devient par la suite inefficace.

Par conséquent, l'utilisation de remèdes naturels devrait également être envisagée, car la majorité des traitements naturels visent à renforcer durablement le système immunitaire et ainsi à lutter contre les virus à long terme.

 Rien qu'en Allemagne, plus de 300.000 personnes sont touchées chaque année par le zona !

Comment prévenir le zona :

Mobilisez-vous tôt et activez votre système immunitaire. Cela permet de prévenir non seulement le zona, mais aussi un certain nombre d'autres maladies.

1. Fournissez des nutriments à votre corps

Les nutriments garantissent que le système immunitaire obtienne ce dont il a besoin pour fonctionner efficacement. Aussi faudrait­il veiller à ce qu'une quantité suffisante de vitamines, telles que la vitamine C, et de minéraux tels que le zinc, soit absorbée. Les études montrent clairement que les carences en nutriments affaiblissent le système immunitaire et augmentent le risque de zona. La meilleure façon d'éviter une carence est d'avoir une alimentation équilibrée et basique. Mais les compléments alimentaires peuvent également aider à remédier à une carence.

2. Tant que votre intestin est en bonne santé, vous le serez aussi

Comme souvent mentionné, l'intestin est considéré comme la clé d’une bonne santé et d’un système immunitaire fort. En effet, 80% du système immunitaire se trouve dans l’intestin. Une flore intestinale saine contribue à renforcer les défenses et peut ainsi réduire au minimum le risque d’infection. Les probiotiques et les prébiotiques, par exemple, apportent un soutien idéal car ils contiennent les bactéries utiles.

3. La vitamine D comme stimulant du système immunitaire

La vitamine du soleil est essentielle pour un système immunitaire fort. Des études ont démontré que la vitamine D pourrait avoir un effet positif sur la morbidité, les symptômes et le traitement. Malheureusement, de nombreuses personnes souffrent aujourd’hui d’une carence. C'est pourquoi vous devriez vérifier votre taux de vitamine D auprès de votre médecin.

4. Stress – une vielle connaissance

Le stress affaiblit notre système immunitaire. Donc, si nous sommes constamment exposés à des situations de stress, nous ne faisons aucun bien à notre santé. Mais non seulement le stress nous prive d’énergie, mais aussi les craintes et la dépression peuvent paralyser notre système immunitaire. À titre d'exemple, une étude confirme que les personnes souffrant de dépression présentent un risque nettement plus élevé de développer un zona, particulièrement chez les personnes âgées de 45 à 54 ans.

Remèdes naturels en cas de zona

Vous avez déjà un zona ? En naturopathie, il existe de nombreux remèdes qui vous soutiennent dans le traitement et renforcent votre système immunitaire.

  • Magnésium : Il aide à calmer les nerfs et à bloquer certains récepteurs de la douleur. Dans une étude, il a été observé que les valeurs de la douleur étaient significativement plus faibles après 20 à 30 minutes par rapport au placebo.
  • Curcuma : Il contient de la curcumine qui peut aider à lutter contre les infections et un certain nombre de maladies.
  • Probiotiques : Ils sont considérés comme un moyen durable et sûr de renforcer le système immunitaire et de le protéger contre les infections.
  • Vitamine C : Elle est considérée comme un puissant antioxydant et stimule le système immunitaire. Des études ont prouvé que l'administration intraveineuse de vitamine C entraînait une réduction immédiate de la douleur par rapport à la thérapie conventionnelle. Mais, selon des observations, la prise orale de vitamine C à forte dose peut également apporter un soulagement.

Outre la prise de compléments alimentaires, vous pouvez également apporter un soulagement externe, notamment par des compresses froides, du gel d'aloe vera, du miel naturel ou de la pommade au souci.

Conclusion :

Le zona est une maladie douloureuse qui est généralement traitée avec des analgésiques et des antiviraux. Toutefois, selon la gravité du problème, il est souvent possible de le maîtriser grâce à des mesures globales. La naturopathie ne manque pas d'atouts et peut aider à traiter le zona, mais aussi à le prévenir efficacement. En effet, les virus ont de mauvaises cartes avec un système immunitaire fort.

Si vous traitez votre zona selon la médecine conventionnelle, il est recommandé de reconstruire votre système immunitaire après un traitement réussi et de vous renforcer ainsi à long terme. Mettez votre santé intestinale au centre de vos préoccupations.

 

Sources (En langue anglaise):

Weaver B. A. (2009). Herpes zoster overview: natural history and incidenceThe Journal of the American Osteopathic Association109(6 Suppl 2), S2–S6.

Nair, P., Gharote, H., Singh, P., & Jain-Choudhary, P. (2014). Herpes zoster on the face in the elderly. BMJ case reports2014, bcr2013200101. https://doi.org/10.1136/bcr-2013-200101

Byun, S. H., & Jeon, Y. (2011). Administration of Vitamin C in a Patient with Herpes Zoster - A case report -The Korean journal of pain24(2), 108–111. https://doi.org/10.3344/kjp.2011.24.2.108

Schencking, M., Vollbracht, C., Weiss, G., Lebert, J., Biller, A., Goyvaerts, B., & Kraft, K. (2012). Intravenous vitamin C in the treatment of shingles: results of a multicenter prospective cohort study. Medical science monitor : international medical journal of experimental and clinical research18(4), CR215–CR224. https://doi.org/10.12659/msm.882621

Brill, S., Sedgwick, P. M., Hamann, W., & Di Vadi, P. P. (2002). Efficacy of intravenous magnesium in neuropathic pain. British journal of anaesthesia89(5), 711–714.

Chao, C. T., Chiang, C. K., Huang, J. W., & Hung, K. Y. (2015). Vitamin D is closely linked to the clinical courses of herpes zoster: From pathogenesis to complications. Medical hypotheses85(4), 452–457. https://doi.org/10.1016/j.mehy.2015.06.027

Kim, M. C., Yun, S. C., Lee, S. O., Choi, S. H., Kim, Y. S., Woo, J. H., & Kim, S. H. (2018). Statins increase the risk of herpes zoster: A propensity score-matched analysis. PloS one13(6), e0198263. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0198263

Billigmann P. (1995). Enzymtherapie--eine Alternative bei der Behandlung des Zoster. Eine kontrollierte Studie an 192 Patienten [Enzyme therapy--an alternative in treatment of herpes zoster. A controlled study of 192 patients]Fortschritte der Medizin113(4), 43–48.

Chen, J. Y., Chang, C. Y., Lin, Y. S., & Hu, M. L. (2012). Nutritional factors in herpes zoster, postherpetic neuralgia, and zoster vaccination. Population health management15(6), 391–397. https://doi.org/10.1089/pop.2012.1563

Liao, C. H., Chang, C. S., Muo, C. H., & Kao, C. H. (2015). High prevalence of herpes zoster in patients with depression. The Journal of clinical psychiatry76(9), e1099–e1104. https://doi.org/10.4088/JCP.14m09311

Wang, J. Y., Wu, Y. H., Liu, S. J., Lin, Y. S., & Lu, P. H. (2018). Vitamin B12 for herpetic neuralgia: A meta-analysis of randomised controlled trials. Complementary therapies in medicine41, 277–282. https://doi.org/10.1016/j.ctim.2018.10.014

Harpaz, R., Ortega-Sanchez, I. R., Seward, J. F., & Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP) Centers for Disease Control and Prevention (CDC) (2008). Prevention of herpes zoster: recommendations of the Advisory Committee on Immunization Practices (ACIP)MMWR. Recommendations and reports : Morbidity and mortality weekly report. Recommendations and reports57(RR-5), 1–CE4.

Wintergerst, E. S., Maggini, S., & Hornig, D. H. (2006). Immune-enhancing role of vitamin C and zinc and effect on clinical conditions. Annals of nutrition & metabolism50(2), 85–94. https://doi.org/10.1159/000090495

Jagetia, G. C., & Aggarwal, B. B. (2007). "Spicing up" of the immune system by curcumin. Journal of clinical immunology27(1), 19–35. https://doi.org/10.1007/s10875-006-9066-7

Leyer, G. J., Li, S., Mubasher, M. E., Reifer, C., & Ouwehand, A. C. (2009). Probiotic effects on cold and influenza-like symptom incidence and duration in children. Pediatrics124(2), e172–e179. https://doi.org/10.1542/peds.2008-2666

Chen, N., Li, Q., Yang, J., Zhou, M., Zhou, D., & He, L. (2014). Antiviral treatment for preventing postherpetic neuralgia. The Cochrane database of systematic reviews, (2), CD006866. https://doi.org/10.1002/14651858.CD006866.pub3